• Carl-Benji St-Hilaire

Comme un lendemain de veille pour les centres commerciaux

Mis à jour : janv. 16



CF Fairview Pointe Claire

Selon Détail Québec, la vente au détail représente 5.6% du produit intérieur brut (PIB) québécois. Si on ajoute le commerce en gros (5.2%), nous pouvons clairement signaler le très fort impact que peut avoir la vente en général dans la Belle Province.


Les premières chaleurs donnent envie à tous de nous gigoter le corps et d'aller explorer Montréal et ses environs. Immédiatement, je ne sais pas pour vous, mais l'envie prend d'appeler des amis et flâner un peu au Centre-Ville de Montréal ou au Quartier 10/30.


Malheureusement, nous allons devoir revisiter nos habitudes, car sinon, les risques d'aller à l’hôpital, même minimes si vous êtes jeune, sont assez présents. Ne vous croyez pas invincible.


En été, aller au centre commercial, c'était l'occasion de se pavaner avec ses vêtements derniers cri, profiter de la climatisation et surtout: faire du lèche-vitrine.


En cette ère post-COVID-19, très certainement les habitudes changeront. D'abord, pour aller dans votre place commerciale favorite, vous devrez faire comme tous: attendre en file pendant des heures.


"La vente au détail, c'est 5.6% du PIB du Québec."


Ensuite, plusieurs centres commerciaux auront des politiques de distanciation sociale et de précaution de la santé publique. Donc, il va falloir éviter les essayages longs et intempestifs. Et oui mesdames, il n'y aura plus de longues séances d'essayage de mode!


Nous devrons tous, en résumé, y aller droit au but. Nous entrons dans le magasin, nous prenons l'article et finalement nous payons. That's it, that's all.



Se serrer la pince


Ceci va entraîner des changements sur l'art du deal. Voyez-vous, de nombreux vendeurs carburent généralement à deux choses: les appels à froid et les fameux walks-ins.


Quand une personne parfaitement inconnue arrive au bas de la porte de votre magasin, le premier geste du vendeur, c'est de s'approcher de cette personne et cordialement lui serrer la main. Geste d’accueil très populaire. Le geste de la poignée de main semble anodin, mais en vente, surtout en Amérique du Nord, c'est hyper important. Vous débutez et conclurez les négociations avec une poignée ferme et ouverte.


Dans le contexte de la pandémie, ce geste et plein d'autres du même genre dont le fameux fist bump peuvent devenir inappropriés. La peur de donner cette maladie à un autre gagne du terrain en ce moment. L'échange de mains, voyez-vous, s'il y a bien quelque chose qu'on faisait pour vendre dans son magasin, c'était cela. De nos jours, c'est à proscrire.



Toucher le matériel


Quand je suis en magasin, j'aime manipuler ce que je souhaite acheter afin de veiller à sa qualité. C'est vieille manie que j'ai acquis à travers les âges.


Pour plusieurs, très certainement, manipuler quelque chose en magasin est primordial pour l'achat ou non d'un produit. Malheureusement, avec les précautions de la santé publique, vous entrepreneur en quête d'un nouveau produit en magasin ou vous marchand qui aviez la fierté de montrer vos produits et laissiez manipuler vos objets à vos consommateurs, vous risquez de mettre la vie de ces derniers en péril!



En conclusion, les centres d'achat se retrouveront perdus et déséquilibrés avec ce grand retour prochain, comme un lendemain de veille. Pour arriver à vendre, les médias sociaux et l'achat en ligne devront nettement plus se développer qu'aujourd'hui.


Pour vous préparer à cela, je vous invite à prendre conseil auprès des experts de Handshake. Ils peuvent clairement vous guider.


Une collaboration éditoriale des entreprises

Ego Pecuniam X Handshake

12 vues0 commentaire

(514) 914-8316

HANDSHAKE

Montréal, QC, Canada

©2020 Par Handshake Aide aux entreprises S.E.N.C.  Tous droits réservés

  • Blanc Facebook Icône Handshake
  • Blanc Icône Instagram Handshake
  • Blanc Icône YouTube Handshake
  • Logo Discord White Handshake
  • Blanc LinkedIn Icône Handshake
  • Blanc Twitter Icon Handshake